Vous vous imaginez l’acquéreur du viager derrière sa fenêtre en train de guetter l’état de santé du vendeur senior ? 

Laissez cette image aux cinéastes ! Et parlons plutôt de viager éthique.

La réalité du viager est toute autre. Odette a vendu son bien en viager aux Sables d’Olonne à un couple de cinquantenaires cadres dans une grande société de télécommunication. Ses acquéreurs viennent lui rendre visite régulièrement pour l’aider à faire son jardin, son potager ou tout simplement pour boire le café. 

Et l’été dernier, Odette ne souhaitait pas rester dans son logement les mois de juillet et août. Elle a préféré profiter de ses enfants et petits-enfants et partir deux semaines en croisière. Alors elle a laissé les clés du logement au couple d’acquéreurs afin qu’ils puissent profiter du bord de mer avec leurs propres enfants. 

C’est aussi cela la réalité du viager.

La vente en viager est encore vu comme une solution glauque, un pari sur la vie du vendeur. Pourtant, dans le contexte actuel, avec l’espérance de vie qui s’allonge, le nombre de retraités qui augmente et l’Etat ne sachant plus comment financer les retraites, le viager apparaît comme une solution éthique assurant un complément de retraite.

Le viager, éthique ? 

En y regardant de plus près, vous ne pouvez être que convaincu de son utilité sociétale et conjoncturelle. Il crée un lien entre les générations et assure une certaine solidarité entre les seniors et les plus jeunes

En viager occupé, le vendeur continue d’occuper son logement.

Viager éthique est-ce possible ?

90 % des personnes âgées plébiscitent le maintien à leur domicile.

Acheter un bien en viager n’a rien de glauque. C’est au contraire une solution pour que le vendeur puisse continuer à jouir de son logement. 

Vendre en viager occupé lui permet de conserver son lieu d’habitation et de ne pas changer ses habitudes. Une aubaine pour la plupart des personnes âgées qui préfèrent rester habiter chez elles plutôt que de déménager dans une maison de retraite !

Avec le viager occupé, c’est possible jusqu’à leur décès ou jusqu’à ce que le vendeur le décide. Il lui est possible de quitter son logement plus tôt en cas de problèmes de santé pour intégrer un établissement de soins, à condition d’avoir ajouter cette clause spécifique à l’acte de vente

Dans le temps d’occupation de son habitation, le vendeur doit entretenir le bien et continue de payer la taxe d’habitation de son habitation. Le viager occupé bénéficie à la fois au vendeur et à l’acheteur, qui récupère un bien préservé. 

Viager éthique : le crédirentier s’assure un complément de retraite

La vente immobilière en viager apporte des revenus complémentaires non négligeables. 

En 2018, 61 % des retraités ont l’impression que leur pension de retraite est insuffisante, soit une augmentation de 22 % en comparaison à l’année précédente (source : Les Echos)

Même si certains retraités ont un niveau de vie confortable, les écarts continuent de se creuser entre les hommes et les femmes à la retraite : les femmes ont 39,2 % de pension en moins en moyenne que les hommes. Pourtant, paradoxalement, les femmes ont l’espérance de vie la plus longue ! 

Vendre un bien en viager permet à la personne âgée de s’assurer une retraite complémentaire en touchant chaque mois un revenu fixe à vie. 

De plus, la rente viagère bénéficie d’une fiscalité avantageuse : à partir de 70 ans, elle n’est imposée qu’à 30 %. 

Avec un système de retraite en France de plus en plus vulnérable à cause du déséquilibre entre les cotisations et les pensions à verser, le viager immobilier semble être la solution adaptée.

En 1975, 13 cotisants payaient la retraite de 4 personnes. En 2018, 18 cotisants paient la retraite de 16 retraités… 

Malgré des réformes permanentes depuis 25 ans, le gouvernement peine à trouver une solution sans tirer sur la corde des trois leviers principaux : le niveau des cotisations, le niveau des pensions, et le curseur entre durée d’activité et durée de retraite, diminuant peu à peu la pension de retraite et augmentant la durée de cotisation et la durée d’activité. 

Le viager éthique est un placement rentable pour les investisseurs

Le viager éthique : un échange gagnant-gagnant !

Les acheteurs effectuent une plus-value de 6 à 8 % par an grâce à la vente du viager.

Pour le débirentier, acheter en viager est un placement de long terme, que ce soit un viager libre, un viager sans rente ou un viager occupé. Le viager s’apparente à une épargne retraite pour l’acquéreur.

En effet, si le vendeur occupe le logement, il a le devoir de l’entretenir. L’actif immobilier prend alors de la valeur avec les années tandis que les rentes évoluent en fonction du coût de la vie. Les deux parties sont gagnantes, excepté si le vendeur vit très longtemps et/ou que la décote appliquée lors de l’acte de vente en viager occupé est insuffisante par rapport à la valeur vénale du bien. 

De plus, au décès du vendeur, l’acheteur peut revendre le bien et récupérer une plus-value intéressante. La plus-value correspond au gain d’argent entre le prix de cession et le prix d’acquisition. Renseignez-vous sur le taux d’imposition afin d’être gagnant. 

Le viager est un véritable placement et offre une rentabilité de 6 à 8 % par an en moyenne, bien supérieure à l’assurance-vie (2 %) et à l’immobilier locatif (4,5 %) selon les chiffres de l’IEFV (Institut d’Expertise et de Formation au Viager). 

Rien ne vous empêche cependant de préparer votre retraite à la fois grâce à l’achat d’un bien immobilier en viager et en souscrivant à une assurance-vie ! 

Partager!